Noémie LAURENT Engraine ton maire!

À l'origine du projet

Qui suis-je, pourquoi cette lettre ouverte?

Je m'appelle Noémie LAURENT, j'ai 30 ans. J'habite depuis peu à la campagne, à côté de Besançon.

Je me suis toujours intéressée à l'écologie.

J'ai commencé par éteindre toutes les lumières de la maison, j'ai ensuite cherché à en savoir plus

sur le réchauffement climatique et les actions à mettre en place pour préserver notre planète.

Quand est venu le temps des études, j'ai choisi de devenir ingénieure thermicienne, pour combiner réduction des consommations énergétiques des bâtiments, confort des habitants et baisse des factures. Mon métier consistait à concevoir, en partenariat avec les architectes, des bâtiments à faible impact écologique: par le choix des matériaux, par une isolation renforcée et une conception réfléchie, notamment via la conception des bâtiments dits "passifs".

En parallèle, je me suis bien sûr employée à réduire mon impact:

en limitant l'usage de la voiture, en réduisant mes déchets, en changeant de banque, en limitant ma consommation et en privilégiant les achats d'occasion et/ou local, en réduisant drastiquement ma consommation de viande, etc. J'ai essayé de simplifier mon mode de vie.

Depuis 2019, et notamment lors du premier confinement,

je me suis documentée encore plus sur la crise écologique que nous traversons.

J'ai pris conscience que le réchauffement climatique était loin d'être un problème isolé et que les actions que je m'efforçais de mettre en place étaient largement insuffisantes, même si je convainquais l'ensemble de mon entourage à les mettre en place à leur tour.

Face à ce constat, je me suis sentie très démunie, triste qu'on en soit arrivés là

et plus très sûre de vouloir un jour avoir des enfants.

Et puis un ami m'a partagé un texte rédigé par des chercheurs, "Pour un retour sur Terre",

qui propose une série de 35 mesures radicales pour rendre notre société résiliente, socialement juste et

régénératrice du système Terre dont nous faisons partie.

La lecture de ce document m'a remplie d'espoir et m'a enlevé un poids des épaules:

c'est une proposition de feuille de route, qu'il "suffit" de suivre, en l'adaptant si on le souhaite.

J'ai eu envie de le partager massivement à nos élu.e.s, pour faire ma part et participer à la construction d'un avenir plus durable, joyeux, et respectueux de l'environnement.

C'est comme ça qu'a démarré mon projet, par l'idée un peu simpliste d'écrire

à nos député.e.s, nos sénateur.rice.s et nos conseiller.e.s municipales.aux pour leur partager un texte dans l'espoir qu'ils l'appliquent...

En continuant mes recherches, j'ai découvert d'autres initiatives, d'autres propositions,

d'autres moyens de s'informer, d'autres réflexions pour un monde de demain différent.

J'ai également pris conscience qu'un changement à grande échelle ne se ferait pas rapidement, la plupart de nos dirigeants et une partie de notre société n'étant pas prêts.

Mon projet s'est alors transformé en une lettre ouverte adressée aux élus locaux,

qui peuvent amorcer un changement plus rapidement à leur échelle, pour leur partager le fruit de mes recherches sous la forme d'un document de référencement.

Ce travail d'un an s'est fait en parallèle d'un travail plus personnel:

je me suis lancée dans un bilan de compétences, pour me reconvertir vers un métier avec encore plus d'impact, et plus aligné à mes valeurs et besoins. Je suivrai donc, à partir de septembre 2021, une formation d'un an pour devenir "éco-interprète" et faire de l'éducation à l'environnement.

Plus personnellement et pêle-mêle, je suis aussi:

un rat de bibliothèque, musicienne lorsque j'en prends le temps, perfectionniste, curieuse et idéaliste.

J'aime dessiner et peindre, je médite, parfois j'essaie d'imiter les belles postures de yoga qu'on voit fleurir un peu partout, mais la souplesse me fait défaut. J'aime voyager à vélo, être à l'extérieur, et malgré des plantes d'intérieur qui ne profitent pas de mes bons soins (comprendre qu'elles finissent régulièrement au compost), je m'essaie au potager!

 

J'ai porté le projet...
Qui sont celles et ceux qui m'ont portée?

Ce projet a été réalisé à titre individuel, mais pas tout à fait en solitaire...

Merci à mon compagnon, qui m'a soutenue et supportée tout au long de ce projet,

moi, et mes montagnes russes émotionnelles.

Merci à mes proches, et mes moins proches aussi, qui m'ont encouragée

et donné leur avis, par-ci par-là, pour m'aider à avancer.

Merci à mes relecteurs d'un jour ou de quelques jours,

qui se sont enthousiasmés et m'ont donné quelques conseils avisés.

Merci à mon relecteur de toujours.

C'est lui qui a lu, re-lu, re-re-lu, commenté, discuté, suggéré, re-re-re-lu,

critiqué, proposé, et qui a, pour la millième fois, inlassablement, encore re-lu.

Il m'a aussi soutenue et convaincue de persévérer, lorsque l'énergie manquait

et que le doute sur l'utilité ou la pertinence de ce projet s'installait.

Il ne souhaite pas être cité, mais sachez que ce projet n'aurait pas la même qualité sans son aide.

Merci à mon deuxième relecteur de toujours.

Il a aussi lu, re-lu et re-re-lu, et, en étant toujours le premier à répondre à mes demandes de relecture, parfois moins de 24h après envoi, il m'a soutenue.

Il m'a poussée dans mes retranchements, notamment avec son super détecteur de répétitions.

C'est aussi lui qui a trouvé et épuré le fichier avec la liste des adresses

des communes et intercommunalités - par deux fois, étant donné que le premier fichier

a mystérieusement disparu de ma clé USB...

Merci à ma voisine éphémère, graphiste designer, qui a accepté,

moins d'un mois après notre première rencontre, de réaliser les graphismes de la lettre

et le logo d'Engraine ton maire!

Merci à mon beau-frère, mon expert communication bénévole.

C'est lui qui a trouvé le titre Engraine ton maire! pour la diffusion via la pétition.

C'est grâce à lui que j'ai autant osé mettre mon travail en avant, et c'est lui qui m'a donné toutes les astuces pour essayer de "faire le buzz". Alors pour ne pas le faire mentir... partagez!